Je suis médecin

Je souhaite orienter au mieux mes patients

Je suis médecin illustration

Quels sont les patients concernés ?

Enfants illustration

Les enfants dès 3 ans et des adolescents présentant une situation de mal-être ou souffrance psychique d’intensité légère à modérée, qui a pu susciter l’inquiétude de l’entourage (famille, milieu scolaire, médecin, etc).

Et les adultes en souffrance psychique d’intensité légère à modérée présentant :

  • Soit un trouble anxieux
  • Soit un trouble dépressif
  • Soit un mésusage lié à l’usage de tabac, d’alcool ou de cannabis (hors dépendance)
  • Soit un trouble du comportement alimentaire (sans critères de gravité).
Patient femme illustration
Patient homme illustration

Les patients en situation d’urgence, présentant un risque suicidaire ou avec des critères de gravité (signes de décompensation psychiatrique aigus, par exemple) doivent être orientés sans délai vers le psychiatre ou des structures spécialisées.

Pour plus de précisions, référez vous au guide à destination des médecins

Comment j’accompagne mon patient dans son parcours ?

1

Je reçois le patient et j’évalue son état de santé

Je suis médecin traitant ou non (généraliste, pédiatre, gériatre….), scolaire, de PMI, des services de santé des universités ou encore d’un médecin hospitalier.

Si le patient présente des troubles psychiques d’intensité légère à modérée, je lui propose un accompagnement par un psychologue partenaire.

Le cas échéant, je m’assure du consentement des titulaires de l’autorité parentale.

2

J’oriente mon patient vers le dispositif MonPsy

Je remets à mon patient:

  • - un courrier d’adressage nécessaire au remboursement de 8 séances maximum. Le nombre de séances est déterminé par le psychologue.
  • - un courrier d’accompagnement avec le contexte, les éléments cliniques et le motif de l’adressage à destination du psychologue partenaire du dispositif

Un modèle de ces deux courriers accessible ici

3

J’échange avec le psychologue

A la fin de l’accompagnement, en accord avec le patient, le psychologue m’adresse, un compte-rendu de fin de prise en charge.

En cas de non amélioration des symptômes, une concertation avec le psychologue et un psychiatre est nécessaire pour prévoir de la suite de la prise en charge.

A la fin de l’accompagnement, je me concerte avec le psychologue partenaire et, le cas échéant, avec un psychiatre pour réévaluer et adapter la prise en charge du patient.

Différents cas peuvent se présenter :

  • la nécessité d’une consultation avec un psychiatre (en libéral ou à l’hôpital) pour une évaluation plus approfondie
  • la nécessité d’une prise en charge la plus adaptée: centre médico-psychologique (CMP), CMP infanto-juvéniles, service de psychiatrie ou pédopsychiatrie, maison des adolescents…
  • une évolution favorable ne nécessitant pas de nouvel accompagnement psychologique
  • un nouvel accompagnement psychologique

Dans ce dernier cas, je peux ré-adresser le patient dans la limite de 8 séances remboursées par année civile. Je vérifie donc avec lui le nombre de séances réalisées dans l’année.

Le patient peut aussi décider de poursuivre avec son psychologue dans un cadre non remboursé.

Je suis psychiatre

Le dispositif MonPsy est né d’une volonté partagée entre les acteurs de faciliter l’accès à une prise en charge psychologique de 1er recours pour les patients souffrant de troubles d’intensité légère à modérée.

A tout moment du parcours, le psychologue et le médecin pourront solliciter mon avis et m’adresser le patient si des indicateurs de gravité apparaissent. A la fin du parcours et en l’absence d’amélioration, le patient devra m’être adressé(e) pour une prise en charge adaptée.

Ce dispositif a vocation de favoriser la coordination entre les médecins de 1er recours, les psychologues et les psychiatres.

J’ai des questions ? Je consulte la FAQ